Faire simple

Publié le par Ptit-Seb

    Quel bordel merdier fouillis capharnaüm l'éducation française ! On s'étonne que le taux de suicide des jeunes soit élevé mais franchement il y a de quoi. Passez une soirée à essayer de comprendre le fonction de l'enseignement secondaire vous verrez ! Alors bien sur dans les journaux c'est simple : Licence, Master, Doctorat et le tour est joué !
Mais dans la pratique...
    Déjà il ne faut pas se rater : l'année de terminale est décisive ! C'est le meilleur moment pour entrer dans un bon cursus, c'est là qu'il faut viser haut. Si on intègre un IEP, le DUGEA Dauphine, une autre grande université ou une prépa, on est tranquille (en théorie), on a un bon parcours tout tracé, au moins pendant 2 ou 3 ans.
    Bon mais si on va à la fac ? Et bien à priori il suffit de suivre le LMD ?! Point du tout, du tout ! On s'aperçoit vite que de nombreuses formations s'ouvrent à bac +1, ou plus souvent bac +2. Et ça, à l'université on ne vous le dit pas : demerden zizich comme dirait l'autre ! Alors on se renseigne dans le SUIO le plus proche (Service universitaire d'information et d'orientation je crois), l'endroit où tout est simple, tout est beau, là où on te dit que la fac auquel il est rattaché est la meilleure incontestablement, surtout ne bouge pas. Bon et là pas de problème : on te dit que si tu ne veux pas suivre le LMD, tu passe à des formations type IUP en 3 ans : les IAE où les magistères. Pour les magistères, ils fonctionnent tous pareils sauf... l'entrée ! certains sur dossiers, d'autres sur concours (il faut se déplacer à chaque fois), et pour certains, tu découvre qu'il faut pratiquement obligatoirement être passé par un DEUG à Paris, Dauphine de préférence. Bon, tu optes pour l'IAE. Et là, si tu y comprend quelque chose, tu peux publier un livre. Officiellement c'est très simple : un seul concours pour tous, recrutement à bac + 2 et le tour est joué.     Dans la pratique... Les meilleurs ne semblent recruter qu'en master, et s'avèrent parfois payant (la gratuité étant leur avantage sur une école de commerce, dont je ne parlerai pas trop sinon pour dire qu'on y va à tous les niveaux, par la prépa ou l'université : toujours le même bazar). Certains autres recrutent, eux, dès le bac. Par ailleurs, sur aucun des sites des IAE le fameux concours commun n'est référencé. Il est à noter que toutes ces formations fonctionnent avec le LMD, donc au sein de ces instituts, tout est sous forme de licence ou master, mais pas forcement accessible comme un master classique...

Là, à mon avis, si vous suivez, c'est que vous étiez étudiant il y a encore peu de temps !

    Reprenons. Ne comprenant plus rien à ces formations incongrues, tu restes dans le LMD. Et tu découvre la flopée de masters qui s'offrent à toi, dans des dizaines d'université différentes, dont toutes affirment qu'elles sont les meilleurs pour ton avenir. Tu sens bien que le master lambda d'une université de province quelconque ne pèsera pas lourd sur un CV ! Effrayé par tant d'abondance, tu veux faire la différence par les parcours élitistes : les IEP ! Et là, tu te rend compte que... c'est trop tard ! Il fallait y penser plus tôt. Bien sur tu peux passer le concours à bac + 3, mais en sortant d'une licence à Limoges, tes chances sont maigres de t'en sortir face aux concurents rodés par trois années à Paris I. Par ailleurs, la fac ne procure aucun classement, ni aucune indication de ton niveau : pendant 3 ans, tu ignores complètement ce que tu vaux au niveau national ! C'est une bonne chose en un sens, car cela évite une permanente compétition, mais pour s'y retrouver... Pire encore, si tu as eu de bonnes notes au bac, si tu n'as pas eu comme moi l'occasion de te mesurer à des meilleurs, tu te crois bon, tu t'imagines que tu vas rentrer à science Po Paris, puis à l'ENA, etc, etc...

    Alors tu raisonnes par rapport au métier que tu veux faire, si seulement tu sais ce que tu veux faire ! Et tu te rend compte, si tu cherches dans le domaine de l'éco-gestion-administration que tu as le choix entre... toutes ces formations ! Et impossible de savoir lesquelles sont accessibles, lesquelles sont les plus adaptées (sauf si tu as une idée précise genre prof ou comptable)

...

    Ajoute à cela un peu d'actualité, de chômage et d'inflation, et tu comprend pourquoi tant de jeunes sont désespérés par leur avenir... Quand l'insécurité vient de l'éducation... mais que fait Sarkozy ???

Bonne nuit à tous, et comme les concours approchent, bonne chance à ceux qui ont un avenir !
                ;-)    ;-)   ;-)

Moi je m’en fou, je serais président de la république.

Publié dans Tordu

Commenter cet article