Pepettes

Publié le par Ptit-Seb

A l'heure ou l'argent semble faire défaut à de plus en plus de monde, où les financiers ont chaque jour des sueurs froides en regardant les courbes des indices bousiers boursiers s'effondrer, il me semble nécessaire de remonter le moral des millions de ménages français qui lisent mon blog, avec un peu de musique, mais tout en restant dans le sujet. Une chanson d'actualité comme me l'a fait remarquer notre ami Toune, malgré ses airs bonhommes (je parle de la chanson hein). En effet, et c'est cette fois l'ami Roudi qui nous le rappelle quand il se doit, les apparences sont toujours trompeuses... (Pourquoi citer d'ennuyeux auteurs classiques quand on peut tout simplement citer ses amis ?). Bref, admirez la subtilité du groupe Java, dont la devise, rappelons le au passage, est "Sexe, accordéon et alcool !" ;-)




J'étais encore un enfant, quand on s'est rencontrés,
J'ai mis mon adolescence à comprendre combien je t'aimais,
Le jour où je t'ai roulé ma première galoche,
Tu m'as tapé dans l'œil avant que je t'aie dans la poche
Depuis ma vie se résume à une course-poursuite,
Chaque fois que je tente de t'effleurer, dis-moi pourquoi tu prends la fuite ?
Avec toi, ça va, ça vient, sans toi je suis un vaurien
En avoir pour son toi, j'aimerais tant, d'ailleurs le temps c'est du toi
Du chagrin, j'en ai gros sur la patate,
J'suis accro de toi sauf quand tu craques
J'ai les bourses qui se rétractent
Ta courbe croissante m'enchante,
Mais ta chute de reins me donne des vertiges et des crampes

T'es la personne la plus ouverte, tu connais pas de frontières

Tu parles toutes les langues et sans briser les barrières
Snob ! La pauvreté te fait horreur
Je t'offrirai tous les parfums toi qui n'as pas d'odeur
Tu ne fais pas le bonheur, procure du plaisir,
Et plus je te désire et plus tu me fais courir
J'te tire mon chapeau et tu m'en fais baver des ronds d'pièces
Je t'aime autant que je te déteste

T'es fraiche et bien roulée, pépètes,

Tout le monde te court après et j'arrive toujours le dernier
Tu m'fais tourner la tête !
Arrête de jouer à cache-cache ou je finirai par te coffrer {x2}

Arrête ! J'suis franc, j'en veux pas qu'à ton écu, poupée,

Quand arriveras-tu à te poser ?
Ne me quitte pas, il est, paraît-il, des placements fertiles
Donnant plus de blé qu'un meilleur avril
Je ferai un domaine où tu seras reine, où tu seras loi,
Et même si ce domaine existe déjà
Tellement imprévisible, soudain invisible,
D'autres t'ont prise pour cible
Reviens dans mes bras, pour toi je serai crédible
Au bal je t'ai invitée à ma table,
Tu m'as snobé et t'es partie danser avec un notable
Pendant que je m'faisais biaiser,
D'autres avant moi avaient déjà appris à te léser
Au début j'étais rongé par la jalousie et puis
J'ai bien vite compris que tu ne ferais jamais le bonheur d'autrui
Toutes tes formes font rêver mais dans le fond, y a rien

Impalpable, liquide, tu fonds dans leurs mains

À peine qu'ils t'ont, tu lorgnes déjà sur les voisins
Tu les rends possessifs, jaloux, radins et mesquins.
T'es partie à la conquête du monde entier,
Et le monde entier a succombé à tes charmes de papier
Aujourd'hui le monde entier est à tes pieds
Et t'es plus que jamais malheureuse comme les blés

T'étais fraîche et bien roulée, pépètes,

Maintenant t'es fade et fardée
Tu donnes le bras à des riches, pépètes,
Mais t'es malheureuse comme les blés.
T'étais fraîche et bien roulée, pépètes,
Maintenant t'es fade et fardée
T'as eu tous les hommes à tes pieds, pépètes,
Mais le seul amant qui t'a manqué, c'est la liberté.


Commenter cet article

Toune 19/11/2008 23:23

Sinon aussi, ça va que t'as précisé le contexte; mais je crois que genre dans ma vie y'a une personne (toi donc...) avec qui j'ai parlé de cette chanson qui ne m'a pas soutenu qu'elle parlait que d'une fille.
J'étais fière de moi quand j'avais trouvé le double sens toute seule, genre à 14 ou 15 ans, je trouvais que c'était trop une preuve de maturité... Ha ha, Ha ha.

Mais sinon, "most of the time", on me répondais "mais bien sur que non elle parle pas d'argent la chanson, t'es con toi hein!"
En attendant, j'avais raison (comme d'habitude :p)

Ptit-Seb 19/11/2008 23:34


Je reconnais que tu t'en es rendu compte avant moi... Mais tu connaissais la chanson depuis plus longtemps :p

Ceci dit ça saute aux yeux une fois qu'on y réfléchis un peu.


Gérard 19/11/2008 21:31

Pour le double commentaire, ça m'a fait le même coup que toi Shrek sur le blog (le coup du le commentaire qui ne se poste pas et du coup du tape deux fois le code et paf ! deux commentaires ! et non ici aucun photon n'est venu m'embêter ;) )

Sinon j'ai une autre vidéo de roudi qui boit, ça a été filmé à Juchefaux d'ailleurs... je la posterai un de ces jours

Ptit-Seb 19/11/2008 23:34


Oh Yea ! une exclusivité made in Creuse ! J'ai hate de voir ça ^^


Shrek 18/11/2008 22:17

Ah tiens, je connaissais pas, mais ça s'apparente tout de meme un peu au rap! Il n'y a pas que Gérard qui doit avoir droit à placer des doubles commentaires non mais OH!

Ptit-Seb 18/11/2008 23:35


Absolument c'est du rap, mais avec de l'accordéon et des paroles intelligentes :D

ça rend plutôt bien je trouve.

Même si ça n'est CERTES pas nouveau, n'est ce pas ? (les personne(s) concernée(s) se reconnaitront);


Shrek 18/11/2008 22:17

Ah tiens, je connaissais pas, mais ça s'apparente tout de meme un peu au rap! Il n'y a pas que Gérard qui doit avoir droit à placer des doubles commentaires non mais OH!

Gérard 17/11/2008 22:49

Merci pour ce lien sur cette prouesse (d'ailleurs complètement idiote) de Roudi !! J'avais vu la vidéo il y a longtemps et ça m'a fait plaisir de la revoir, ça me rappelle de bons souvenirs

Ptit-Seb 17/11/2008 22:51


Prouesse qui néanmoins méritait visiblement un double commentaire ^^