Sarkozy fait coup double

Publié le par Ptit-Seb

Le Président de la république a annoncé ce matin une réforme de l'enseignement. Très positive en apparence, elle devrait sans doute lui permettre d'augmenter sa popularité... et en profiter pour descendre ses opposants potentiels.

La première chose, c'est de mettre l'esclavage au programme de l'école primaire, et expliquer aux jeunes générations ce qu'était la traite des noirs. Il ne s'agit pas bien sur de mettre en avant les aspects bénéfiques (si, si ! Il y en a eu ! Pour notre économie...), comme voulait le faire un député UMP à propos de la colonisation (la loi a été votée, et délégalisée par la suite en raison de son caractère réglementaire me semble t-il).
Je ne suis pas certain que ça soit une nouveauté, l'ayant moi même étudié en CM2. Mais dans le principe c'est sans nul doute une très bonne chose que chacun connaisse cet aspect peu glorieux de notre histoire.

Image_3
Pour conforter ce choix, Le Gouvernement, toujours au goût du jour, a également décidé de mettre à l'honneur Aimé Césaire en l''ajoutant au programme des Terminales littéraires. Ce qui est d'autant plus habile qu'il y avait déjà fait un bref passage mais avait été supprimé par le ministre de l'éducation de l'époque... François Bayrou ! Et le vil Président du MoDem l'avait supprimé bien entendu pour ses idées trop subversives !

Ce fourbe gredin s'était justifié par des protestations des enseignants qui trouvaient le livre en question trop difficile. Mais nul n'ignore que Bayrou est en réalité un fervent défenseur du colonialisme (c'est ironique Clément, point d'inquiétude !).


Image_4Voilà une petite malice de Sarkozy, qui va inciter les journalistes à taper un peu sur les opposants au Président, qui d'une part, se lamente que les journaux ne s'en prennent qu'à lui, et qui d'autre part, aimerait bien mettre Bayrou hors jeu, au point d'en avoir confié -parait-il- la mission à certains de ces conseillers...


Alors véritable volonté de reconnaître les crimes de l'histoire, ou simple manœuvre politique ?


Commenter cet article